Algérie : Libérez les prisonnières d'opinion

En partenariat avec l'Internationale des Services Publics, une Fédération syndicale mondiale de plus de 700 syndicats représentant 30 millions de travailleurs dans 154 pays.

Depuis les manifestations de masse dénonçant la corruption omniprésente en Algérie - appelées « Mouvement Hirak », et les manifestations qui ont suivi l'élection présidentielle de décembre, la répression s'est intensifiée, n'épargnant personne, notamment les syndicalistes.

Dalila Touat a été condamnée le 3 janvier 2021 à 18 mois de prison pour son opposition à l'élection présidentielle forcée. Elle a aussitôt entamé une grève de la faim. Namia Abdelkader, également enseignante, est incarcérée depuis le 2 décembre 2020, également détenue pour avoir pris la parole, fait face à l'injustice et combattu la corruption.

Les femmes du Syndicat National Autonome des Personels de l'Administration Publique en Algérie - Femmes SNAPAP, demandent la libération immédiate de Dalila Touat et Namia Abdelkader, enseignantes et prisonnières d'opinion.
 


Vous pouvez aider ! Entrez votre nom et votre courriel et cliquez sur le bouton 'Envoi' au bas de cette page.

Nom:
[requis]
Courriel:
[requis]
Syndicat/organisation:
Votre pays :
Entrez votre message ici ou utilisez le message existant.


Stop spam!
Entrez le numéro 4721 ici:

Merci


Si vous désirez recevoir d’'autres messages d'alerte urgents, cochez cette boîte:

Yes:
No:

LabourStart prend votre vie privée au sérieux. Lisez notre déclaration de confidentialité ici.






Votre message sera envoyé aux adresses courriels suivantes
president@el-mouradia.dz, contact-mdn@mdn.dz, communicationmtess@gmail.com, contact@mjustice.dz, rights@world-psi.org, snapap_snata@yahoo.com, femmesnapap@yahoo.fr